Découvrez une nouvelle kinésithérapie avec la réalité virtuelle

La réalité virtuelle a longtemps été associée aux jeux vidéo. Mais son efficacité touche de plus en plus de domaine, pour gagner celui de la santé. Découvrez ce que la réalité virtuelle offre aux patients en besoin de séances de kinésithérapie.

La réalité virtuelle dans le domaine de la santé

Pour les professionnels de la santé, la réalité virtuelle est un outil pour s’entraîner, poser un diagnostic et traiter les patients. Pour les kinésithérapeutes, c’est une solution pour faciliter la rééducation des personnes souffrant d’anomalie physiologique. Que ce soit pour soulager les nombreuses pathologies orthopédiques, rhumatologiques, neurologiques, traumatologiques et vestibulaires, ou pour assister les patients dans la gestion de la douleur, la réalité virtuelle fait des miracles. En effet, les séances chez le kiné ne sont pas toujours une partie de plaisir ! Spécialement pour les personnes souffrant de maux ou de maladies gênantes et handicapantes. Grâce à la réalité virtuelle, le kiné peut faire travailler son patient de façon ludique, notamment pour rééduquer le dos, les membres supérieurs et inférieurs, pour améliorer l’équilibre, pour guérir les atteintes neurologiques…

Fonctionnement des séances de kiné en réalité virtuelle

Lors de votre séance habituelle avec votre kinésithérapeute, vous porterez un casque devant les yeux et sur les oreilles. Des manettes vous seront données pour effectuer les diverses manipulations. Dès que la séance démarre, vous serez plongé dans un univers d’images et de sons. Vous serez amené à vous déplacer et à réaliser des actions en temps réel. En fonction du jeu, vous aurez à faire du tennis de table, du bowling ou à découper des légumes. Le monde dépaysant dans lequel vous vous retrouverez vous motivera pour accomplir les tâches, ce qui favorise votre rééducation physique. De plus, vous serez concentré sur le jeu et vous oublierez vos douleurs ou les éventuels malaises qui accompagnent votre séance de kinésithérapie. Vous serez en position assise ou debout, et parfois même sur une plateforme instable, si l’exercice l’impose, et ce pour travailler votre équilibre corporel. Chaque jeu dure en moyenne 2 à 3 minutes, ce qui fait que vous en effectuerez 4 à 5 sessions de jeu lors d’une séance standard de kinésithérapie.

Les plus de la réalité virtuelle en kinésithérapie

Du côté du patient :

● Une diminution de la sensation de douleur ressentie, vu que le cerveau sera piégé positivement dans un univers attrayant ;

● Une amélioration de la qualité des séances par le biais de jeux ludiques et bénéfiques ;

● Une immersion dans un univers dépaysant, ce qui crée une certaine motivation ;

● Une concentration accrue sur l’objectif, ce qui permet d’effectuer tous les mouvements requis.

Du côté du kiné :

● Faire travailler efficacement ses patients ;

● Motiver ses patients de façon ludique et agréable ;

● Abandonner les exercices traditionnels qui sont déplaisants pour le patient et surtout fatigants psychologiquement ;

● Evaluer et quantifier la progression des patents grâce au système de suivi des mouvements ;

● Pouvoir utiliser un seul dispositif médical de réalité virtuelle pour faire plusieurs jeux variés ;

● Gagner en productivité et en temps.

Vous l’avez compris, plus que jamais, la réalité virtuelle connait un développement fulgurant pour atteindre tous les domaines d’activité, notamment la santé !

L’intelligence artificielle au service de la santé

L’intelligence Artificielle, ou IA, a toujours fasciné le monde. Cela nous fait penser à la robotique, aux machines et à une nouvelle ère de révolution. Mais l’IA promet aussi une transformation du secteur de la santé. Lisez pour en savoir plus sur le sujet.

Qu’est-ce que l’IA ?

L’IA est l’ensemble des théories et des techniques mis en œuvre pour développer des machines et des programmes informatiques complexes et cabales de simuler l’intelligence humaine. En autre, l’IA permet de réaliser des tâches accomplies par les humains, à travers des machines ou des programmes. L’IA est le résultat de l’émergence des nouvelles technologies, du développement des algorithmes et de l’avènement des techniques d’apprentissage automatique. Parmi les exemples pratiques que nous pouvons citer, les programmes qui permettent de poser un diagnostic médical à partir d’informations personnelles collectées sur les antécédents et l’état de santé d’un patient, traduire une ordonnance médicale en français vers l’anglais…

De la technologie pour seconder les humains

Plusieurs personnes confondent l’IA avec la robotisation. Le robot correspond à une automatisation d’un processus pour exécuter des tâches que l’homme lui ordonne de faire. Tandis que l’IA est un processus d’apprentissage autonome qui permet à une machine d’exécuter automatiquement les tâches, sans recevoir des ordres, mais en imitant des tâches réalisées préalablement. La machine développe son modèle en se nourrissant de données et en apprenant des erreurs faites par l’humain, d’où l’essence même de l’IA. D’autre part, il faut savoir que l’IA n’est pas mise en place pour remplacer l’humain, mais surtout pour le seconder. En effet, plus la machine enregistre des données, ou data, plus elle est capable de s’adapter à l’environnement et prendre des décisions semblables prises par un humain. La technologie permet donc d’automatiser certaines tâches récurrentes pour que l’homme puisse se concentrer sur d’autres missions à forte valeur ajoutée, au lieu de gaspiller son temps à les exécuter.

L’IA comme solution dans le secteur médical

L’IA intervient dans le domaine médical à plusieurs niveaux, de l’élaboration de diagnostics à la prévention, en passant par les traitements, le suivi et contrôle ainsi que la recherche scientifique. L’IA permet d’aider le corps médical, dans la mesure où elle offre aux patients une expérience plus personnalisée et dynamique. Par exemple, le stockage de données relatives à un éventuel patient permet à un médecin d’accéder à l’historique médical du malade et ses antécédents, ce qui l’aide dans l’établissement d’un diagnostic et d’un traitement. Par ailleurs, grâce à la télémédecine, le patient peut bénéficier de conseils proposés à distance sans devoir partir à l’hôpital pour tout type de gêne. En effet, certaines urgences nécessitent le déplacement jusqu’à un centre de soin alors que d’autres maladies peuvent être gérées aisément par la télémédecine.

L’IA pour des services de plus en plus efficaces

L’IA offre une solution pour une médecine sur-mesure, personnalisée et adaptée à chaque patient. En effet, l’IA met à la disposition des malades et du staff médical des services variés comme la télémédecine, le remboursement électronique des soins, la possibilité de consulter le dossier médical électronique du patient, l’e-learning pour être à jour côté nouvelles découverte, le recours au système informatique hospitalier pour centraliser les informations… Avec l’important usage des smartphones et tablettes, cette tendance connaîtra sans doute un fort essor. L’IA favorise un développement au profit de la santé et de l’amélioration de l’expérience des patients.

E-santé : ce qu’il faut savoir

Avec le développement des outils de télécommunication, l’e-santé entre de plus en plus dans notre quotidien. Vous avez un problème de santé ? Vous n’avez pas le temps pour passer voir un médecin et vous avez envie d’un diagnostic express ? Une consultation à distance est désormais possible. Découvrez ce qu’il faut savoir autour d’e-santé.

E-santé : quand la technologie s’invite dans la médecine

Le terme « e-santé » remonte aux années 1960, avec l’explosion des domaines de l’informatique, de l’archivage et la communication. On l’appelle également « e-health » ou cybersanté. L’OMS définit l’e-santé comme l’utilisation des TIC à l’appui de l’action de santé.

Elle regroupe les domaines suivants : système d’informations partagées de santé (comme le dossier médical par exemple), la télémédecine, les Technologies de l’Information et de la Communication dans la santé, la télésanté et les objets connectés pour la santé (applications et services numériques pour les patients). Il s’agit d’un ensemble de services numériques ayant pour vocation principale d’améliorer la gestion de la santé tant du côté du patient que du professionnel de santé. 

Le champ d’intervention de l’e-santé est très vaste et englobe :

  • La télémédecine ;
  • L’e-learning ;
  • Le système informatique hospitalier ;
  • La surveillance électronique des patients ;
  • Le dossier médical électronique ;
  • Le remboursement électronique des soins.

A quoi sert l’e-santé ?

L’augmentation de la population, la prise en charge spécifique des personnes âgées ou souffrant de maladies chroniques et l’évolution des pathologies médicales font partie des défis majeurs auxquels est confronté le système de santé. Les nouvelles technologies offrent une solution à ces enjeux et permettent de développer une médecine préventive. Grâce à l’e-santé, le patient est intégré dans le parcours de soins. De plus, il est mieux suivi et informé quant aux risques liés à certains comportements ou maladies.

Développer la santé numérique signifie une prise en charge plus facile et efficace, cela pourrait être le cas des personnes atteintes de diabète qui doivent bénéficier d’une télésurveillance sur l’évolution de leur état de santé (sur la base du taux de glycémie et selon la composition du repas, l’application calcule la dose d’insuline rapide à s’injecter à partir de la prescription habituelle). Ainsi, le patient devient de plus en plus autonome et impliqué dans le processus de guérison.

D’une part, la relation entre le patient et l’équipe médicale est simplifiée à travers l’usage des dossiers électroniques qui offrent la possibilité de consulter les antécédents du patient, les spécificités de son état de santé général, les traitements prescrits… et donc d’assurer un suivi médical continu de bonne qualité grâce à des indicateurs automatisés

D’autre part, l’e-santé optimise les dépenses liées à la santé vu que le patient pourra profiter des données disponibles à partir des applications ou d’une consultation en télémédecine sans devoir se déplacer jusqu’au médecin.

Le smartphone au service de l’e-santé

L’e-santé fait appel à des outils numériques permettant d’intervenir au niveau de la prise en charge du patient, mais également à la prévention d’éventuelles maladies. Les outils numériques peuvent prendre la forme de :

  • Services de santé en ligne, comme la télémédecine et le téléconseil ;
  • Téléservices pour le maintien et le soin à domicile ;
  • Télématique avec l’informatique médicale et les dossiers partagés ;
  • Objets connectés et applications mobiles.

En effet, de nos jours, les internautes et les utilisateurs mobiles ne peuvent plus se passer de leurs outils (web ou mobile) pour chercher une information ou demander un avis. Il est même possible de se renseigner sur des pathologies ou des médicaments sur internet et de partager des expériences sur des forums de discussion.

Pareil pour les applications mobiles ou les sites d’accompagnement médical qui offrent des informations vérifiées et à partir de sources fiables. Dans ce cadre, les smartphones jouent un rôle de taille et constituent l’outil numérique le plus utilisé. Les patients peuvent avoir des comptes-rendus détaillés sur leur smartphone, suivre leur état de santé, diminuer le recours aux urgences, réduire le coût des transports…

Pour finir, il est certes qu’avoir l’avis d’un médecin est important. Cependant nous ne pouvons guère nier la place qu’occupe l’e-santé actuellement, surtout avec l’évolution des TIC et le développement des applications mobiles.